4a11b686bd7c3_featured_without_text_capcom

Alors là, s’il y a bien un jeu que j’attendais depuis un moment pour pouvoir dépoussiérer ma bonne vieille Wii, c’est bien celui là. Le retour de la série des "Capcom vs. Bidule", qui avait fait le bonheur des possesseurs de Dreamcast (pas le mien donc snif snif) à  la grande époque de maître SEGA. Le principe de cette lignée de jeux était de sortir du gameplay trop technique de la série mère (Street Fighter III aura d’ailleurs clairement divisé à ce niveau, tant il s’avérait pointu à prendre en main) pour offrir aux joueurs un joyeux bordel des plus festifs. On mélange deux univers, des personnages à gogo et surtout des coups spéciaux nawakesques détruisant en général tout ce qui se trouve à l’écran. Du fun à l’état brut, quoi !

tatsunoko_vs_capcom_cross_generation_of_heroes_20080527082746999_640w

Les éternels Ryu et Chun-Li, enfin sur Wii !

Les possesseurs de Wii ayant été clairement lésés par le génial revival de Street Fighter IV ("bah, et nous ?"), Capcom décida donc de leur offrir un jeu exclusif basé sur sa bonne vieille franchise des Vs. L’opposant alors trouvé fut des plus surprenants : il s’agissait de la Tatsunoko, compagnie d’animes parlant immédiatement à tout Japonais qui se respecte. Mais alors pour les autres, qu’on soit américain ou européen, c’est le trou noir au fond de l’espace. On nous rabâche en permanence sur le web "mais siiiii rappelez vous La Bataille des Planètes !!!", mais désolé, j’ai beau chercher, je me rappelle pas. Le seul truc que je connaissais de la Tatsunoko (et ils sont malheureusement absents du jeu, bien qu’ils aient envisagés au début !) ce sont les Samurai Pizza Cats. Après le reste… Du coup, pour cette raison principalement, ce jeu n’aurait jamais du voir le jour en dehors du Japon. Capcom, en tout cas, ne l’avait jamais envisagé. Mais la pression des fans (de Capcom j’imagine, parce que ceux de la Tatsunoko euh…) fut si grande que l’éditeur se décida enfin à sortir son jeu de l’archipel nippon, plus d’un an après la sortie de celui-ci.

tatsunoko_vs_capcom_ultimate_all_stars_image17

Le Hadoken de Ryu dans toute sa démesure :)

Cette attente ne fut pas non plus complètement vaine : de nombreux ajouts furent effectués, notamment les personnages de Franck West (de Dead Rising) et de Zero (de la série Megaman X). Les endings furent en revanche modifiés (de vrais petits animes dans la version japonaise, ici une succession d’images fixes un peu cheap, comme à l’époque SNES), tout comme l’intro du jeu (l’originale sera cependant visible une fois que vous aurez tout débloqué dans le jeu). Par contre, deux gros ajouts sont à noter : la présence d’un vrai mode online, chose assez rare sur Wii pour être soulignée (mais bon le jeu online moi euh…) et surtout l’ajout d’un espèce de Shoot’em up bien cheap, vu du dessus façon Ikaruga et dans lequel Ryu défonce les Akrydes de Lost Planet à coups de "Hadooooken" !!xD Ce mini-game, ultra chiant à débloquer (j’ai frôlé la crise de nerfs une bonne dizaine de fois pour l’unlock) se révèle assez addictif sous ses faux airs de Wiiware à deux balles, et en venir à bout avec les 4 persos proposés ne sera pas une mince affaire. Nice :D

1972

"Allez hop, je tape l'incruste dans la fête. Attaque Legooo !" xD

Bon, c’est cool tout ça, mais si on parlait un peu du jeu ? Facile, Tatsunoko Vs. Capcom se place directement pour moi dans la liste des must-have sur Wii. Le jeu reste bien sûr jouable au pad gamecube ou encore avec le superbe classic controler pro (j’adore cette manette, une vraie croix directionelle de SNES, ça n’a pas de prix <3) mais il propose bien évidemment une maniabilité à la Wiimote. Alors oui, les puristes, les PGM de la baston s’offusqueront tout de suite devant cette jouabilité pour gros noob ; mais s’ils se décoinçaient un peu le fondement, ils se rendraient compte que le gameplay à la Wiimote rend tout simplement le jeu encore plus fun. Comment celui-ci s’organise t-il ? Simple : le bouton A sert à attaquer. Plus de pied, de poing, d’attaque faible, moyenne ou forte. Juste UNE attaque, changeant de manière contextuelle avec les directions. "Bouuuuh…" crient les puristes. Attendez, z’avez encore rien vu : le bouton B sert aux coups spéciaux. Additionné simplement  à une direction, il permet de lancer toute la palette de coups du personnage. Par exemple, pour Ryu : B =  Hadoken, B + bas = Shoryuken, B + arrière = "hapapapapapaloukette !". On se rend alors compte d’un truc, c’est que cette maniabilité ultra accessible permet tout de suite de tâter de tous les persos, et de s’éclater directement avec eux. Du coup, libre à vous de voir ensuite si un perso vous intéresse suffisamment pour apprendre sa "vraie" palette de coups. Mais le bonheur de cette jouabilité Wiimote est de nous faire rentrer tout de suite dans le délire, à la manière de Super Smash Bros Brawl, dont elle reprend d’ailleurs les mécanismes. Le meilleur reste pour la fin : les furies se déclenchent en secouant la Wiimote comme un débile mental, provoquant de nombreuses crises de rire devant le côté "total abused" du jeu, qui se transforme rapidement en festival de furies et autres ultra-combos. D’autant plus quand on se rend compte qu’en secouant le Nunchuk, notre binôme peut intervenir pour vous aider à "comboïser" la face de votre pauvre opposant !

3d3ce376a1_tatsunoko_vs_capcom_wii_43163

Avec Zero, secouez la Wiimote pour ravager tout l'écran ! :D

Arrêtons nous enfin quelque peu sur les personnages : si ceux de Capcom parleront assez rapidement à tout le monde, on s’étonnera tout de même d’y trouver des choix pour le moins… discutables <.< On pense surtout au Megaman sans casque de Megaman Legend, perso complètement naze et injouable, faisant bien pâle figure face à la classe et la puissance d’un Zero toujours aussi charismatique. Pour rester dans Megaman, "WTF avec Roll" ?? o_O Roll, la petite fille qui balaie dans le laboratoire du docteur Light, qui vous vend les items entre les tableaux dans les jeux Megaman, est ici jouable !! Et elle fait quoi ? Rien ! Elle passe le balai, et envoie des sceaux d’eau !! Assurément un joke entre les développeurs. Enfin, les persos de la Tatsunoko : s’ils sont pour la plupart constitués de super-héros bizarres en collants, la plupart d’entre eux sauront finalement retenir votre attention grâce à un gameplay extrêmement bien pensé (tous se révèlent agréables à jouer) et pour bon nombre d'entre eux, un charisme des plus certains. On pense surtout à Karas, assurément le perso le plus classe du jeu, sorte de Yoshimitsu ultra stylé prenant la pose toutes les secondes, et découpant ses ennemis à une vitesse complètement folle.

28sbp77

"Dis que je suis over-classieux. Tout de suite."

Au final, ce Tatsunoko Vs. Capcom se révèle être une vraie bonne surprise : le fait que la moitié du cast soit inconnu du joueur lambda ne gâche absolument rien au plaisir de jeu et surtout au fun dégagé. Son côté "ultra too much" complètement assumé fera certainement tiquer les mauvaises langues, mais qu’importe : l’intérêt d’un jeu n’est-il pas de nous amuser ? C’est assurément la mission que semblent s’être donnés les développeurs de cette perle vidéoludique, sorte d’ovni ultra japonisant qui fera de vous, l’espace d’une partie, le plus combé des otakus. Shoryuuuuukeeeeen !!

2i3klx

Achète. Achète. achète.