dr_who_regen

Les épisodes spéciaux de 2009 avaient permis à David Tennant de faire ses adieux en grande pompe. Particulièrement sombres, ils étaient tous teintés d’une grande tristesse latente, et nous montraient un Docteur de plus en plus dépressif, et "bordeline". Cette ambiance reflétait alors parfaitement l’émotion du public de la série, encore sous le choc de l’annonce surprise du départ de Tennant, annonce qu’il fit publiquement lors d’une remise de prix pour la télévision anglaise. Si l’on ne peut nier qu’ Ecclecton avait su incarner un Docteur pour le moins brillant, il ne l’avait fait que pendant 12 épisodes, en tout et pour tout. David Tennant, lui, su incarner le Docteur à sa manière pendant 4 saisons complètes (si l’on compte les "specials 2009" comme une saison). De par sa longévité, mais surtout son charisme, son inventivité, son charme et son accent (!), David Tennant restait dans l’inconscient collectif de notre génération comme étant LE Docteur, Ecclecton faisant alors tout juste figure d’introduction au personnage.

3676724xczef

Les adieux de Tennant furent donc déchirants. Appuyés de répliques à plusieurs niveaux de lecture, comme celles où il explique que même en se régénérant, tout ce qu’il est, tout ce qu’il représente, meurt quand même : "Une autre personne débarque et prend ma place. Mais moi, je meurs." Le départ de Tennant marquant également celui des cadors de la série actuelle (le producteur Russel T. Davies entre autre, entièrement responsable du relaunch de la série en 2005, quand personne n’y croyait plus), la fin du Docteur se révélera étonnamment longue. En effet, le Docteur, condamné à court terme, revisite une dernière fois tous les personnages qui l’ont accompagné durant ces 5 années pour leur faire un ultime adieu. Il ne les verra plus. Et nous non plus. Cette fin étirée sur presque vingt minutes en plusieurs séquences autonomes (une par personnage secondaire) n’est alors pas sans rappeler celle que l’on reprocha à Peter Jackson pour son Retour du Roi, puisque le final marquait l’aboutissement du troisième volet, mais aussi de toute la saga. Mais il s’agit ici de bien faire les choses, car il ne s’agit pas d’un simple au revoir. Une page se tourne véritablement. Et le comprendre prend du temps.

Vient enfin LA séquence que tout le monde attendait, et redoutait en même temps. Le Docteur rampant jusqu’à son Tardis pour voler avec son vaisseau une dernière fois, accompagné par les chants magnifiques d’une race qui contera sa légende pour l’éternité. Jamais il n’a été aussi seul. Jamais il n’a eu aussi peur. Le trait de caractère le plus touchant du Docteur de Tennant étant... qu’il ne veut pas mourir. C’est un être profondément attaché à la vie, au monde, à la découverte de nouvelles choses. Il ne veut pas cesser d’être. Et alors qu’on pensait qu’un personnage aussi noble et sage que le Docteur serait parti la tête haute, en défiant la mort du regard, peut être même avec un petit "Allons-y!", Tennant nous déchire le cœur en murmurant d’une voix tremblante, les yeux pleins de larmes : "I don’t want to go…"

Doctor_Who_Tennant

Et le thème musical du Docteur de résonner comme jamais il ne l’a fait, accompagnant le départ de cet être exceptionnel de chants grégoriens donnant des frissons. La fin de ce Docteur là ne pouvait se faire que dans la magnificence et la grandiloquence. De la lumière partout. Des explosions. Le Tardis se consume littéralement, ses murs se détruisent. Et alors que le spectateur a le cœur serré et les yeux aux bords des larmes, Matt Smith apparaît. Et nous arrache immédiatement un fou rire. Surprenante transition ! Surprenante série.

Le jour du renouveau

Car oui, ce nouveau Docteur sera différent. Lorsque son visage fut dévoilé pour la première fois, absolument TOUS les fans de la terre crachèrent au visage étrange de ce jeunot inconnu, incapable de rentrer dans les baskets du génial Tennant.

matt_smith_dr_who

La photo du crime... complètement à l'opposé de ce qui va suivre, d'ailleurs !

Pourtant, en ce samedi 3 avril 2010, on assista à un retournement de veste mondial. Le nouveau responsable de la série, Stephen Moffat, déjà responsable de quelques uns des meilleurs scénarii vus dans les 5 saisons précédentes, décida de changer la donne, du tout au tout. Et Matt Smith de faire exploser à l’écran un tout nouveau Docteur, complètement dingue. Fini le temps des larmes et de la dépression, Moffat fait table rase de tout ce qui précédait pour donner un coup de jeune incroyable à cette série qui, on le reconnaît aujourd’hui, en avait besoin. Nouveau Tardis, nouveau screwdriver, nouveau Docteur. Nouvelles aventures. Tout est plus jeune, plus "funky". Matt Smith se révèle drôle, extrêmement drôle. On prend plaisir à le suivre lui, et on ne réfléchit pas une seule seconde à le comparer à ses prédécesseurs. Il court tout le temps (de manière bizarre d’ailleurs), saute partout, est tout le temps à l’ouest et pourtant se révèle absolument génial. Voir le Docteur célébrer sa victoire, hilare, en criant "Who da man ??!!" a quelque chose d’absolument irrésistible qui ne peut que procurer un fou rire de plus. En fait, les codes de la série ont été repensés pour la rendre assurément plus "sexy" : Matt Smith est en passe de devenir le nouveau Robert Pattinson anglais, quand sa nouvelle compagne se révèle tout simplement l’une des plus "hot" à avoir jamais accompagné le Docteur ! S’il s’agit bien sûr d’un avis personnel, impossible de ne pas voir ses jambes à la longueur infinie tant elles sont mises en permanence en valeur, tout comme sa chevelure flamboyante. Quant à son job… Voilà sans doute le truc le plus osé qu’on ai vu dans Docteur Who !

whodaman

"WHO DA MAN ??!!" XD

Cet épisode étant le lancement d’une saison mais aussi surtout d’une nouvelle ère, Moffat laisse à Matt Smith toute la latitude de l’heure à sa disposition pour imposer son style de manière progressive, et cela passe aussi par l’aspect vestimentaire : le Docteur portant les fringues déchirées de son crash pendant tout l’épisode, jusqu’au final brillamment écrit, où ses ennemis passeront en revue toutes ses incarnations précédentes en le scannant. On voit alors se succéder sur un écran virtuel tous les acteurs ayant incarné le Docteur, avant d’arriver à Tennant, moment que choisit Smith pour briser l’écran virtuel en passant au travers, arborant alors ses propres vêtements, ceux qu’il a choisi, bref, son style à lui. Il EST le nouveau Docteur. Le record d’audience enregistrée par la série ce soir là (8 millions de téléspectateurs, du jamais vu en Angleterre), accompagnée par la pluie de critiques dithyrambiques ayant salué l’épisode (c’est simple : tout le monde a adoré !) achèvent d’officialiser cette renaissance que tout le monde redoutait. Oui, David Tennant a bien trouvé son successeur qui, comme lui à l’époque, réinvente le personnage au lieu de simplement le copier. Docteur Who est mort, vive Docteur Who !

doctor_who_series_5_4362976bqzsf

En route pour de nouvelles aventures...